poésie

poesie

Un espace pour partager vos textes, ou évoquer un ouvrage que vous appréciez dans le domaine.

 

Commentaires   
+1 # Gab 03-06-2019 18:56


Écrire.... aux lions !

Dans l’exaltation,
Écrire, comme une manifestation de la force de vie intérieure.

Lettres juxtaposées en mosaïques,
Pour que les choses nous réjouissent.

Je m’adresse aux lions,
Des pages noircies à profusion, des affichettes, des coloriages ;
Imprimez mes mots !

De l’océan de l’inconnu,
Expression d’un soi malicieux,
Les histoires écrites nous sont parvenues.

J’écris aussi des mots doux, des billets...
... Des odes, des poèmes à des inconnues,
Des échanges de mots épinglés, crucifiés, torturés,
Jetés aux lions !

J’aimais tellement écrire à Christelle,
Ombres et taches dans ma mémoire,
Les souvenirs sont là... un jeu sympa de boudoir.
Jetés aux lions, les mots.
Love, la belle !
Répondre
+1 # BHAGYA 05-06-2019 19:06
JE SUIS L’OUBLIEE


Vole, caracole jolie luciole
Dans les herbes folles de ma solitude,
Je suis l’Oubliée de la Vie,
Toujours en quête de sa complétude.

Je suis l’enfance crucifiée, celle que l’on viole,
Je suis la putain consacrée, celle que l’on dénude,
Je suis l’Oubliée de l’Amour,
La vagabonde sous toutes les latitudes.

Vole, caracole jolie luciole
Dans les vestiges de ma déraison,
Je suis l’Oubliée de la Joie,
La démente pythonisse qui crève en prison.

Je suis la vieille négresse, celle que l’on rejette,
Je suis la migrante, celle qui fuit la guerre,
Je suis l’Oubliée de l’Espoir,
La victime d’aujourd’hui et naguère.



Vole, caracole jolie luciole
Dans les méandres de ma mémoire,
Je suis l’Oubliée de la Compassion,
Du fond des âges, j’ai tous les grimoires.

Je suis l’avortée, celle qui perd ses entrailles,
Je suis la lesbienne, celle qui suscite la haine,
Je suis l’Oubliée du Pardon,
La femme qui n’est pas au bout de ses peines.

Vole, caracole jolie luciole
Dans les ruines de mon cœur effondré,
Je suis l’Oubliée de la Dignité,
La souillure éternelle que l’Esprit ne peut purifier.

Je suis l’épouse battue, celle que l’on méprise,
Je suis la mariée nubile, celle que l’on se paie avec une dote,
Je suis l’Oubliée du Respect,
Le fantasme absolu, l’obsession sans antidote.




Pourtant, le suis la Mère du monde
Et je n’ai rien d’immonde.
Maintenant, la puissance de KALI se lève !
Ce n’est plus l’énergie de la pauvre Eve.

Paris, le 30.03.2017
Françoise Bhagya MARTIN
Répondre
+1 # Hémon Christian 11-10-2019 11:04
LA BAS COMME ICI

Il gronde le ciel,
Ses éclairs sur ma tête,
Fête ou défaite,
Le ciel, il gronde.

Là bas, comme ici,
Tout semble au plus mal,
L'endroit est-il fiable?
Les diables et les dieux,

Le bien et le mal,
J'irais pour le mieux,
Lequel m’a choisi?
Là bas, comme ici.

Il gronde le ciel,
Ses éclairs sur ma tête,
Fête ou défaite,
Le ciel, il gronde.

Là bas, comme ici,
Devant, derrière
Tout reste éphémère,
Rien ne nous suffit.

Le bien et le mal,
Lequel est normal?
Lequel m'a choisi?
Là bas comme ici.

Le bien et le mal
S’en vont vers demain
La main dans la main
Et çà me fait mal.
Répondre
Ajouter un texte


Code de sécurité
Rafraîchir